<![CDATA[La Station - LGBTI - La Station - LGBTI]]> <![CDATA[La Station - LGBTI - La Station - LGBTI]]> Fri, September 30, 2016 00:10:43 CEST Fri, September 30, 2016 00:10:43 CEST fr CMS Nina <![CDATA[Communiqué de La Station - Pour un changement d’état civil libre et gratuit pour touTES !]]> Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant application des mesures relatives à la Justice du XXIème siècle, l'Assemblée nationale a adopté un amendement relatif aux de demandes de changement d'état civil pour les personnes trans.

L’adoption de ce texte a été accompagnée de l’adoption de trois sous amendements qui en amenuisent sensiblement la portée, repoussant très loin la possibilité que le changement d’état civil intervienne sur simple demande comme cela se fait par exemple en Argentine.

Ces trois sous-amendements ont provoqués la colère de bon nombres d’associations de personnes trans comme Acceptess Transgenres, TRANS INTER action, Ouest Trans, RITA ou encore l’ANT (Association Nationale Transgenre) dont la présidente Delphine Ravisé-Giard regrette un «renforcement de la main-mise judiciaire».

En effet rappelons que la France, bien que pointée du doigt par l’ONU, notamment dans ce texte de référence : http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/201405_sterilization_en.pdf , en contradiction avec la Résolution 1728 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, fait encore partie des pays exigeant la stérilisation des personnes trans comme pré requis à un changement d’état civil.

Si le texte de l’amendement n°282 semble indiquer que la médicalisation auparavant obligatoire du changement d’état civil sera restreinte à un critère d’appréciation de la « manière sincère et continue d’appartenir au sexe opposé à celui mentionné sur son état civil» selon le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, la déjudiciarisation ne semble pas pour demain puisque la procédure devra au final recevoir l'aval d'un juge du tribunal compétent comme c'est le cas aujourd'hui – et non plus du Procureur de la République comme le prévoyait l'amendement initial.…

La Station se montre solidaire des associations trans dans leur combat pour un changement d’état civil libre et gratuit pour touTES , incluant les personnes mineur-e-s et entend relayer le communiqué de presse co-signé par ANT et la Fédération LGBT : http://www.ant-france.eu/ta2-accueil.htm ainsi que celui de SOS Homophobie : https://www.sos-homophobie.org/article/changement-d-etat-civil-un-rendez-vous-manque et Acceptess Transgenres https://www.facebook.com/notes/acceptess-transgenres/communiqu%C3%A9-de-presse-le-21-mai-2016-changement-d%C3%A9tat-civil-pourquoi-nous-disons-/1611340395823027

 

]]>
<![CDATA[Articles et reportages 2015]]> 15 mars 2015 :

[Article] Réseau "La Grande Région sous L'Arc-en-Ciel", Site web de la Grande Région.

Lire l’article : http://www.granderegion.net/fr/news/2015/03/queernet/

23 juillet 2015 :

[Article] Ils disent non aux discriminations - Journée européenne en soutien aux victimes des crimes de haine, DNA.

Lire l’article : http://www.lastation-lgbti.eu/images/Articles_presse/DNA22-07-2015.jpg

24 juillet 2015 :

[Interview radio de David Cupina] Une cérémonie en hommage aux victimes de la tuerie de Norvège il y a 4 ans, L’info - édition régionale, Radio Judaïca Strasbourg [à partir de 4min50]

Écouter l’émission : http://www.radiojudaicastrasbourg.fr/podcasts/linformation-regionale/ledition-regionale-du-jeudi-23-juillet-2015/

13 septembre 2015 :

[ [Article] A Strasbourg, une étape régionale et transfrontalière de préparation des États généraux LGBTI, Site web des États Généraux LGBTI.

Lire l’article : http://www.etatsgenerauxlgbti.fr/2015/09/13/a-strasbourg-une-etape-regionale-et-transfrontaliere-de-preparation-des-etats-generaux-lgbti/

]]>
<![CDATA[Cafés poly]]>  

café polyVous êtes polyamoureux-se, néophyte ou confirmé-e, poly friendly, poly acceptant, monogame en questionnement, anarchiste relationnel-le, en famille poly ou juste curieux-se?

Venez nous retrouver au cafés poly de Strasbourg pour échanger en toute bienveillance autour du polyamour, de ses petites joies comme de ses aléas. Vous êtes toutes et tous les bienvenu-e-s, quel que soit votre genre ou votre orientation !

Polyamour : relation honnête, franche et assumée avec plusieurs partenaires simultanément.

               

                                                                                        Tous les 1er samedis du mois à 20h00

]]>
<![CDATA[Article DNA: Conférence, Le genre comme vous avez toujours voulu le pratiquer.]]>  Le 28 Mai 2014.

Suite à la conférence de presse du 27 Mai 2014, Le genre comme vous avez toujours voulu le pratiquer, les DNA décryptent.

]]>
<![CDATA[Le Genre comme vous avez toujours voulu le pratiquer.]]> Depuis quelques années, nombre de structures, d'initiatives et de dispositifs existent pour sensibiliser et former sur les questions de genre, d'égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, de lutte contre l'homophobie et la transphobie. Mais ces dernières sont encore trop peu connues et sollicitées, alors même que leurs compétences et savoirs faire se développent.

Le système social actuel produit des inégalités que nous souhaitons remettre en question, afin d’affirmer l'égalité dans les droits comme dans les faits pour tous et toutes, les femmes comme les hommes, les hétérosexuels-les comme les homosexuels-les, les cis-genre comme les transgenres, les femelles et mâles entrant dans la norme comme les intersexué-es. Cette égalité se construit dès la petite enfance, tout au long de l'éducation et de l'âge adulte, dans toutes les sphères de la société.

En quoi le genre concerne -t- il tout le monde ? En quoi sa connaissance permet-elle davantage de justice, de démocratie, d'égalité ? Comment les institutions peuvent-elle s'en emparer en pratique ?

Cette convergence est issue de notre volonté de préciser ce qu'est le genre. Elle nous a donc amené-e-s à organiser une conférence de presse, « Le genre comme vous avez toujours voulu le pratiquer », qui se tiendra

Le mardi 27 mai 2014 à 11h00 dans les locaux de La Station

7 rue des Écrivains, 67000 Strasbourg.

Nous souhaitons montrer de façon claire et simple, que l'outil « genre » est une façon d'interroger nos sociétés dans une démarche sensible aux diversités et à l'égalité.

Ces approches analytiques, qui reposent sur des études scientifiques, permettent d'élaborer des politiques publiques promouvant l'égalité dans l’éducation des filles et des garçons, la lutte contre les violences sexistes, transphobes et homophobes. L'objectif est de construire un « vivre ensemble » respectueux de tous et toutes. 

Signé par:

- Sandra Boehringer, Maîtresse de conférences à la faculté des Sciences historiques de l’Université de Strasbourg.

- Céline Petrovic, Docteure en Science de l'éducation spécialisée sur la question de genre.

- La Station, Centre LGBTI Strasbourg/Alsace

- Le Planning Familial 67

- Osez le féminisme 67

- La Slutwalk

- STS, Support Transgenre Strasbourg

 

 

Si vous l'avez raté vous pouvez la visionner en cliquant sur les liens ci-dessous:

https://www.youtube.com/watch?v=0aLWCWI5bJw&feature=em-upload_owner
https://www.youtube.com/watch?v=aqDl5-mUCBI&feature=em-upload_owner

]]>
<![CDATA[Expositions]]> Photographie, dessin, peinture, sculpture, les artistes se succèdent dans notre espace accueil. En effet, chaque mois nous vous proposons une nouvelle exposition! Consultez l'agenda pour découvrir l'exposition en cours.

Si vous êtes un artiste et que vous souhaitez exposer vos ½uvres sur nos murs, n'hésitez pas à nous contacter: presidence@lastation-lgbti.eu

Exposition à venir:

Alsarando

Expositions précédentes:

En 2015

Décembre: Tomi Ungerer

Novembre: Sophie Nguyen

Octobre: Yannick Luzuaki

Septembre: Alsarando

Août: Amnesty International et l'Autre Cercle

Juillet: Amnesty International et l'Autre Cercle

Juin: Amnesty International

Mai: Alessandro Giunta

Avril: Fairyland

Mars: Georgette et Jadasia

Janvier: Thomas, Eleni 2.0

En 2014

Décembre: Thomas, Eleni 2.0

Novembre:  Lucie Veyretout, Jadasia

Octobre: Jacques Senger

Septembre-octobre: Nicolas Kessler, NKL

Juin: Gauthier, Gauthier manifeste à La Station

Mai:

Catherine Duault, Mariage pour tous

SOS homophobie, Projet 17 mai

Avril: Florencia Escalente, Portraits d'animaux

Mars: Charlotte Aleman, Icônes

Février: Alda, Discriminer est un délit

Janvier: L'Autre Cercle, Inclusion et diversité dans le monde professionnel

En 2013

Décembre: Anne Jenck, Poésie en récup mineure sculpture

Novembre:  Guillaume Romero

Octobre : Charlène Meyer

Septembre: Tomi Ungerer (dons)

Juin: Céline Le Gouail

Mai: Marie Nierderlender

Avril: Elvira Amrhein

Mars: Federica de Ruvo

Février: Marion Briatta

En 2012

Décembre: Rose Butch

Novembre: Hervé Petit

 


]]>
<![CDATA[Café Link]]> Le Café-LinK est beaucoup plus qu’un café de langues, c’est un moment pour découvrir la diversité du monde chez-nous! Venez partager une tranche de vie et papoter en anglais, en allemand, en espagnol ou pourquoi pas en Italien, en portugais ou en arabe.

Venez avec les langues que vous parlez déjà, celles que vous voulez enrichir, invitez vos ami(e)s! Nous nous occupons du reste!


Tous les 1er et 3ème jeudi du mois à partir de 19h



Le Café-LinK est une animation de TEJE et La Station
https://www.facebook.com/cafe.linkuistique

]]>
<![CDATA[Sit-in pour un arc-en-ciel russe]]>

Le 12 juin dernier, une loi promulguée par le président russe Vladimir Poutine et votée par les parlementaires de la Douma, criminalise ce que les autorités russes appellent la «PROPAGANDE HOMOSEXUELLE». Il s’agit en réalité de criminaliser toute communication autour de l’homosexualité, la simple évocation de problématiques pouvant être liées aux personnes LGBTI, toute communication autour de la défense des droits des personnes LGBTI, tout discours de prévention ciblé, toute utilisation de symboles comme le drapeau arc-en-ciel par exemple, tout débat autour de l’homosexualité. Enfreindre cette loi est sanctionné d'une amende, d’une peine de prison et d’une expulsion du territoire pour les résidents étrangers. En ce qui concerne Internet et les médias, les amendes sont plus lourdes encore.

Aujourd’hui, les mondiaux d’athlétisme se déroulent en Russie. Demain, à Sotchi, se dérouleront les prochains Jeux olympiques. Mais des voix s’élèvent, de plus en plus nombreuses, pour demander le boycott de ces jeux. 

Le coureur américain Nick Symmonds vient de dédier sa médaille d’argent aux gays, lesbiennes, bisexuel-le-s, transgenres de Russie, prenant le risque d’être emprisonné puis expulsé de Russie. La Fédération internationale de football, qui organisera en 2018 la Coupe du monde en Russie, a demandé des « clarifications » aux autorités du pays. 
Une page Facebook « Boycott 2014 Winter Olympic Games in Russia » compte aujourd'hui plus de 44 000 soutiens. Une pétition du mouvement anti-homophobie « All Out » - plus de 350 000 signatures à ce jour - a été déposée mercredi 7 août auprès du Comité international olympique (CIO). À Saint-Pétersbourg, l'association « Coming Out », dont l'activité tombe désormais sous le coup de la loi, continue son combat pour le respect des LGBT.

Aussi, comme cela s’est déjà produit en Belgique, au Québec, à New York, etc., et en solidarité avec toutes les personnes LGBTI de Russie, à leurs familles, à leurs ami-e-s, à leurs soutiens, La Station et SOS Homophobie Alsace vous proposent un "sit-in" pacifique devant le Consulat de Russie, pour dénoncer une loi qui bafoue les droits humains fondamentaux et musèle les citoyen-ne-s russes. Rendez-vous le jeudi 22 août, à 18h30, devant le Consulat Général de Russie, 6 place Sébastien Brant, à Strasbourg.

Soyez nombreuses et nombreux. 


Rappelez-vous : et si vous étiez né-e-s en Russie ?

]]>
<![CDATA[Agression homophobe à Strasbourg le 08 Novembre 2012 ]]> Dans la nuit du 18 au 19 mai 2013, à Strasbourg, une agression à caractère homophobe s’est déroulée sous les yeux de plusieurs témoins. L’agresseur a été arrêté par la police et la victime placée en ITT[1] pour 4 jours. Encore combien d’agressions comme celle-ci faudra-t-il pour que chacun et chacune de nos concitoyens prennent la mesure de ce qui est en train de se produire dans notre pays ?

Pourtant, fait notable, cette fois, lors de cette agression des témoins sont venus au secours de la victime restée à terre. L’agresseur a été coursé par l’un d’eux, la victime a reçu des soins de la part de passants et la police et les pompiers ont fait preuve d’une grande qualité professionnelle et humaine lors de la prise en charge de la victime. N’attendons plus qu’une personne soit agressée, qu’une vie soit mise en danger pour rendre visible cette belle solidarité! 

Les multiples propos de haine banalisés ces dernières semaines peuvent être à la source d’une agression comme celle-ci. Les associations LGBTI de Strasbourg et d’Alsace appellent les municipalités, nos ami-e-s, nos familles, nos soutiens hétérosexuel-le-s, la majorité jusqu’ici silencieuse, ceux et celles qui luttent contre les discriminations et pour qui l’égalité entre les citoyens demeure un principe fondamental, à poursuivre l’élan de solidarité qui  s’est produit ce samedi en ne laissant plus la devise de notre pays « Liberté, Égalité, Fraternité », notre vivre ensemble, être réduits à néant par quelques politiques, groupuscules fascistes, religieux intolérants isolés, un anonyme dans la rue, ou même un-e de vos proches, au détour d'une phrase. Assez de ce climat de haine et de violence ; assez d’entendre parler d’appel au rejet de l’autre !

 

Pour réagir, n’attendez pas qu’un-e de vos ami-e-s ne tombe parce qu’il ou elle est «différent-e».

 

La Station et les associations signataires : La Lune, le Collectif « Justice et Libertés », HES (Homosexualités et Socialisme) Alsace



[1] Interruption temporaire de travail

]]>
<![CDATA[Les commémorations du 8 mai 1945 détournées par les anti mariage pour tous]]>

Lors des commémorations du 8 mai 1945, en pleine célébration de la fin de la seconde guerre mondiale et de la barbarie nazie, à COLMAR, devant les représentants de l’État, les anciens combattants et la mémoire des résistants français, l’un des deux conseillers municipaux junior portait un tee-shirt arborant le logo des opposants à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe sans que personne ne s’en émeuve.

La Station s’indigne de voir une cérémonie mémorielle devenir un lieu d’expression de convictions personnelles, politiques, voir idéologiques.
Nous interpellons et exigeons de M. le député Eric Straumann, présent lors de cette commémoration et de M. le préfet du Haut-Rhin, Vincent Bouvier, des explications quant à la présence de ce logo « Manif pour tous » au milieu de ces commémorations. De plus, sur la page Facebook de La manif pour tous Alsace, on se félicite de ce détournement. Les propos sont clairs
: on est fier d’avoir utilisé cette cérémonie comme un outil de communication. Et l’on y parle de ce jeune garçon arborant le logo « Manif pour tous » comme d’un « résistant ». Quel amalgame ! En pleine commémoration de la lutte contre le nazisme ! Quel dangereux glissement sémantique ! Mais de quelle résistance parle-t-on ? Contre quel danger ? Les citoyens qui seraient favorables à l’égalité des droits seraient-ils selon les organisateurs et participants de « La manif pour tous » de dangereux nazis ?

La Station exige excuses et explications de la part des responsables alsaciens de « La Manif pour tous ». 

]]>
<![CDATA[Un édito affligeant dans les "Cahiers de Bischheim"]]> Dans les derniers Cahiers de Bischheim, datés de Mars-Avril 2013, M. André KLEIN-MOSSER, maire de Bischheim et 1er Vice-Président du Conseil Généralfaisait connaître sa position sur l’ouverture du mariage à tous les couples quelle que soit leur orientation sexuelle. Dans sa forme, ce texte, selon nous, remettait en cause les trois principes fondamentaux de notre belle république : celui de la liberté individuelle, de l’égalité devant la loi et de la fraternité.

Selon M. André KLEIN-MOSSER, « Le mariage pour tous ne rentre pas dans notre schéma de pensée ». Tout d’abord, qui est ce « notre » dont M. le maire parle ? Qui englobe-t-il ? Cette forme péremptoire et définitive insinue que son opinion personnelle irait de soi pour tous et toutes. M. le maire parle de l’ouverture du mariage à tous les couples indifféremment de leur orientation sexuelle comme d’une question philosophique, religieuse. Nous tenons à rappeler qu’il s’agit de l’ouverture à tous et à toutes des droits et devoirs du mariage républicain et civil et non du mariage religieux. Cette question est avant tout une question d’égalité entre les citoyens et citoyennes de ce pays : elle permet d’abolir une discrimination flagrante et qui n’a que trop duré au mépris des droits humains[1].  La plupart des citoyens et des citoyennes de France seront dans un avenir proche plus libres et plus égaux en droits. Comment ne pas s’en réjouir ? À moins de ne considérer que dans le “pays des droits de l'Homme”, il existe des citoyens et des citoyennes de seconde zone. C’est l’institution même du mariage et nos valeurs républicaines qui s’en trouveront renforcées.

De quel ordre M. KLEIN-MOSSER parle-t-il lorsqu'il affirme « [Ce projet] dénature fondamentalement notre perspective de structuration de la société » ? Surtout, comment ne pas voir autour de nous qu’il existe d’ores et déjà en France, une multiplicité de constructions familiales, quelle que soit l'orientation sexuelle de celles et ceux qui la composent ou l'ont recomposée (parents comme enfants) ! Ce déni de réalité contraste fortement avec le ton de son texte. Surtout venant de la part d’un homme censé être en contact avec le terrain, avec la réalité et la diversité de ses administrés et administrées. La loi va enfin prendre en compte et protéger toutes les familles, en laissant moins d'enfants de côté. Là encore, comment ne pas se réjouir d’une protection plus grande des enfants.

« La société peut et doit donner sa place à chacun, mais elle doit le faire dans le respect de ceux et de celles qui la composent ». Bonne nouvelle, les lesbiennes, les gays, les bisexuel-le-s, les personnes transgenre et intersexes de ce pays font pleinement partie de la société française. M. KLEIN-MOSSER doit comprendre qu’il a stigmatisé une partie des administrés et administrées, électeurs et électrices [2].

Assez de tous ces propos discriminants. Nous les subissons depuis trop longtemps et de façon récurrente. Ils sont coupables de l’augmentation de la violence verbale et physique envers les personnes LGBTI.

Ainsi, pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, La Station, Centre Lesbien, Gay, Bi’, Trans’ et Intersexe de Strasbourg et d’Alsace ainsi que toutes les associations co-signataires de ce communiqué de presse demandent à pouvoir bénéficier d’un droit de réponse dans le prochain Cahiers de Bischheim.

 

Nous tiendrons informés tous les médias de la région de la réponse donnée à notre requête.

 

La Station – Centre LGBTI Strasbourg/Alsace

 

Les associations co-signataires :

L’Autre Cercle Alsace - Association Festibad - Conseil de territoire Alsace d’AIDES - David et Jonathan - FestiGays - Homosexualités et Socialisme Alsace - Justice et Libertés - La Lune - Pélicanto - SOS Homophobie délégation Alsace - Support Transgenre Strasbourg



[1]« En tant qu'hommes et femmes de conscience, nous rejetons la discrimination en général, et en particulier la discrimination basée sur l'orientation sexuelle et l'identité liée au genre. Lorsqu'il existe une tension entre les attitudes culturelles et les droits de l'homme universels, les droits doivent l'emporter. » [Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU, 2010] (http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27164)

[2] http://www.ifop.com/media/poll/1546-1-study_file.pdf

]]>
<![CDATA[Appel au rassemblement contre l'homophobie: "ça suffit!"]]> - Violence de l’agression d’Olivier et Wilfried le samedi 6 avril dans le 19ème arrondissement à Paris
- Le Printemps des assoces LGBT vandalisé le soir même 
- Multiplication et radicalisation des propos homophobes dans la rue, dans les médias, parmi la classe politique et sur les réseaux sociaux : « Tue un gay, protège l’avenir » (twit de RTXS)
- Christine Boutin déclare à propos de l’adoption du texte de loi : « Une injure à la démocratie ».

Et malheureusement cette liste n’est pas exhaustive.
CA SUFFIT !

La Station, Centre LGBTI Strasbourg/Alsace appelle à un grand rassemblement contre cette haine envers les LGBTI (les lesbiennes, les gays, les bisexuel-le-s, les trans et les intersexes) le samedi 20 avril 2013 à 15h Place Broglie.

]]>
<![CDATA[Les permanences d'écoute]]> Hortense, Jean, Ludivine et  Romain, nos écoutants vous proposent des plages d’écoute plus larges et plus flexibles.

En plus des permanences fixes, il est désormais possible de pouvoir prendre rendez-vous en dehors de ces plages n'importe quel jour de la semaine.

Il vous suffit de nous contacter au 09.50.51.13.29 ou par e-mail: contact@lastation-lgbti.eu.

Romain:

"Vous rencontrez des difficultés concernant votre vie personnelle, votre vie quotidienne, affective, familiale ou même professionnelle. Ne restez pas seul face à vos difficultés, venez nous rencontrer afin d’échanger autour de vos problématiques.

Je vous propose une permanence d’accueil et d’écoute à La Station tous les mercredis de 18h00 à 20h00 sur rendez-vous.

Jean:

Jean, travailleur social et formateur, s'est formé à l'écoute et propose un entretien en toute confidentialité à La Station, aux personnes souhaitant démêler un problème, voir plus clair dans une situation.

Tous les jeudis de 17h à 19h00.

Hortense:

"Parfois, les questionnements deviennent envahissants. Je mets mon expérience professionnelle à contribution à la Station  afin de permettre aux personnes de se sentir écouter pour pouvoir se raconter et retrouver de la tranquillité."

 Tous les jeudis  de 19h00 à 20h00 et les vendredis de 18h à 20h sur rendez-vous.

Ludivine:

 


 Tous les mardis de 16h00 à 20h00 sur rendez-vous.


Peu importe l'écoutant-e, vous serez reçu-e en entretien individuel dans le respect de la confidentialité, de l’anonymat et de la neutralité.

 

]]>
<![CDATA[Double agression homophobe à Paris ]]>  

La Station, Centre LGBTI Strasbourg Alsace s’indigne face à une double agression homophobe qui a eu lieu dans la nuit du 6 au 7 avril 2013, à Paris.

Olivier et Wilfried se sont fait violemment agresser, simplement parce qu’ils marchaient bras dessus, bras dessous vers le métro Ourcq. La photo de Wilfried de Bruijn, le visage tuméfié, rouge de sang et des coups qu’il a reçus, a été largement reprise et a suscité l’émoi. Ils ont porté plainte, même si des policiers leur auraient expliqué qu’à une heure aussi tardive, mieux valait prendre un taxi. Le couple est à la recherche de vidéos qui auraient pu être prises. La réaction des policiers prouve encore une fois que dans la lutte contre l’intolérance et les violences qu’elle entraîne, nous avons tous et toutes, en tant qu’individus, une responsabilité à assumer, pour que nos générations présentes et futures puissent enfin vivre dans la société égalitaire et fraternelle que nous attendons.

Dans le même temps, le 7 avril à l’aube, de soi-disants militants ont recouvert l’Espace des Blancs Manteaux (Paris IVe), où se tenait le « Printemps des assoces LGBT » d’affiches et d’inscriptions hostiles au « mariage pour tous » au cours d’une autoproclamée opération nuit blanche, certains de ces pseudo-militants se faisant filmer à visage découvert. Des affiches déjà vues sur le passage des « manifs pour tous », et une action revendiquée sur les réseaux sociaux et postée sur sa page Facebook par « Le Printemps français », émanation à tendance radicale de la « Manif pour tous ».

Il semble important de rappeler à tous et à toutes que, malgré des années de militantisme et de décisions politiques, l’homophobie reste un fait prégnant dans notre société*. L’évolution des m½urs et l’acceptation de l’autre n’est pas qu’une question de temps, c’est avant tout une question d’éducation. Et l’éducation, si elle est également affaire de famille, est aussi et surtout une question politique. La reconnaissance par l’Etat des droits des couples homosexuels est certes un grand pas, mais elle n’empêchera pas l’homophobie de se tapir et de pourrir les fondations de notre vivre ensemble.

Le 10 avril, une manifestation contre l’homophobie aura lieu à Paris, à 20 heures dans Le Marais (IIIe et IVe arrondissements). La Station appelle les associations et groupes LGBTI, la société civile en général, les élu-e-s de toutes tendances politiques confondues et l’ensemble des personnes qui ont été choquées ou meurtries par les actes évoqués à soutenir le mouvement en le relayant et le diffusant largement.

La Station, association loi 1908, rassemble des associations membres et des adhérents individuels au sein d’un centre de ressources, d’accueil, d’aide et de sensibilisation ouvert sur la cité.


 

David Cupina, Président de La Station, pour son Bureau


 

*Début 2013, les associations Le Refuge et SOS Homophobie disaient avoir reçu trois fois plus de témoignages de victimes d’homophobie en 2012 qu’en 2011. 


Pichier PDF

]]>